Thèse – « Impact du feu sur la démographie des Poacées pérennes de savane (Lamto – Côte d’Ivoire) » – Kouamé Fulgence KOFFI

Thèse – « Impact du feu sur la démographie des Poacées pérennes de savane (Lamto – Côte d’Ivoire) » – Kouamé Fulgence KOFFI

Informations

Date : Mercredi 30 janvier 2019 à 14h

Lieu : Sorbonne Université (Paris 5e), campus P&M Curie, bât. 44-45, 4e étage, salle des conférences

Précision : Doctorant dans l'équipe EMS du département DCFE
Luc ABBADIE - Professeur Sorbonne Université, iEES Paris (président du jury)
Sébastien BAROT - Directeur de recherches IRD, iEES Paris (co-directeur de thèse)
Armin BISCHOFF - Professeur Aix-Marseille Université, IMBE (rapporteur) Juliette BLOOR - Chargée de recherches INRA, UREP Clermont-Ferrand, (examinatrice)
Estelle FOREY - Maître de conférences Université de Rouen, Ecodiv, (rapporteure)
Ludwig JARDILLIER - Professeur Université Paris-Sud, ESE (examinateur)
Souleymane KONATE - Professeur Université Nangui Abrogoua, UREB (Côte d’Ivoire) (co-directeur de thèse)
Aya Brigitte N’DRI-KONE - Maître-assistante Université Nangui Abrogoua UREB (Côte d’Ivoire) (encadrante)
Dans les savanes tropicales guinéennes, le feu est le principal facteur perturbant le cycle de vie des populations végétales. Cependant, l’impact du feu sur la démographie des Poacées pérennes est très peu étudié et encore moins celui de différents régimes de feu. La thèse a donc pour objectif de combler ce déficit de connaissance. La savane de Lamto (Côte d’Ivoire) a été choisie comme modèle afin d’étudier l’impact de 4 traitements de feu (le feu précoce pratiqué en novembre, le feu de mi-saison en janvier, le feu tardif en mars et l’absence de feu) sur la démographie des Poacées pérennes dominantes. Les communautés des Poacées pérennes ont été décrites et suivies chaque année depuis 2015 sur des sous-parcelles de 5 × 5 m pour tous les traitements de feu sauf pour le feu de mi-saison pour lesquelles les parcelles avaient 5 x 10 m. Un modèle matriciel à cinq classes de circonférence a été ensuite utilisé afin d’étudier la démographie des espèces dominantes de Poacées pérennes dans chaque traitement de feu entre 2015 et 2018.

Le feu tardif a provoqué chez toutes les espèces plus de mort, rétrogression et fragmentation tandis que le feu de mi-saison a favorisé plus de croissance et moins de rétrogression. Toutes les espèces ont présenté un taux de croissance λ < 1 en feu tardif chaque année, montrant qu’il cause un déclin général de la communauté des Poacées. L’absence du feu a, quant à elle, été particulièrement nocive pour Loudetia simplex et d’une façon plus générale chez toutes les espèces car λ < 1 dans tous les cas. Le feu de mi-saison a été favorable à la croissance d’H. diplandra (λ = 1.02). La croissance d’A. canaliculatus a été plus favorisée par les feux précoce et de mi-saison (λ = 1.15 et λ = 1.04 respectivement). Enfin, A. canaliculatus et H. diplandra ont à peu près les mêmes âges et vivent plus longtemps sous feu précoce (entre 87 et 103 ans, âge moyen dans la plus petite et la plus grande classe de taille respectivement) que les autres espèces. En absence du feu, A. canaliculatus peut atteindre jusqu’à 126 ans.

Il ressort de cette étude que i) les espèces de Poacées pérennes de savane diffèrent à la fois par leurs paramètres démographiques mais ii) également par leur réaction aux différents régimes de feu, et iii) la circonférence des touffes est bien un paramètre déterminant dans l’étude de la démographie de ces Poacées. En terme de gestion de la savane, le feu de mi-saison parait être le plus favorable pour le maintien de la diversité des Poacées, au moins pour la savane de Lamto.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Facebook
YOUTUBE
YOUTUBE