Thèse – Understanding how evolution affects the spatial dynamics of interacting species – José MENDEZ-VERA

Thèse – Understanding how evolution affects the spatial dynamics of interacting species – José MENDEZ-VERA

Informations

Date et heure : mercredi 20 mars à 14h
Lieu : Sorbonne Université (Paris 5e), campus P&M Curie, amphithéâtre 55.B
Précisions : doctorant S-U dans l'équipe EERI du département DCFE
Sébastien BAROT - Directeur de recherches IRD, iEES Paris(examinateur)
Céline DEVAUX - Maître de conférences Université de Montpellier(examinatrice)
Arnaud DUCROT - Professeur Université Le Havre (rapporteur)
Nicolas LOEUILLE - Professeur Sorbonne Université, iEES Paris(co-directeur de thèse)
François MASSOL - Chargé de recherches Université de Lille, co-directeur de thèse (invité)
Gaël RAOUL - Chargé de recherches CNRS (co-directeur de thèse)
Elodie VERCKEN - Chargée de recherches INRA (rapporteure)

Les pressions sélectives sur les organismes étant en perpétuel changement, en conséquence de multiples facteurs tels que le changement climatique et l'introduction d'espèces exotiques, il est indispensable d’avoir une meilleur compréhension des dynamiques déterminant les distributions spatiales des espèces. L'évidence empirique montre que les interactions inter-spécifiques et l'évolution peuvent avoir des effets importants sur la distribution des espèces, individuellement ou simultanément. Il est donc nécessaire de disposer de modèles capables de décrire l'effet de ces facteurs afin de mieux comprendre les déterminants des distributions géographiques des espèces dans un monde qui change.

Au cours de cette thèse, nous avons étudié les effets de l'adaptation à des gradients environnementaux dans deux scénarios d'interaction : dans un scénario mono-spécifique et dans le cas d'une communauté à deux espèces, dont une proie et un prédateur. Dans une troisième partie, nous avons étudié les effets de l'adaptation à des pathogènes dans un scénario d'invasion où trois espèces interagissent : une population native et un compétiteur exotique co-introduit avec un pathogène. Les modèles étudiés révèlent les effets de l'adaptation et de l'interaction à travers des vitesses de propagation éco-évolutives qui dépendent fortement des capacités d'adaptation des espèces considérées. Nous discutons des implications de ces résultats pour la description et l’interprétation des modèles de distribution d'espèces (SDMs) utilisés actuellement.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Facebook
YOUTUBE
YOUTUBE