Les Journées d’Etude des Sols

Les JES 2021

Les 15èmes Journées d’Étude des Sols (JES) ont lieu à partir de Montpellier par voie électronique du 21 au 25 juin.
Organisées par l’Association Française pour l’Étude du Sol (AFES) et les chercheurs de Montpellier, ces JES ont pour ambition de regrouper les spécialistes francophones en sciences du sol, chercheurs et praticiens, afin de permettre les échanges et discussions.
Depuis plus d’un an vous avez vu se multiplier les réunions électroniques. Afin de ne pas alourdir les séquences de cette JES, et de les ouvrir au plus grand nombre, nous avons évité les sessions parallèles. Nous nous sommes attachés à ne pas vous proposer des webinaires classiques, mais plutôt à organiser des sessions qui permettent les échanges sous formes interactives : petits exposés, échanges avec la salle virtuelle sous la main d’animateurs décidés et passionnés.
Les séquences des présentations des posters vont s’organiser de manière originale, une information spécifique vous sera faite en temps voulu.
Le terrain n’a pas été oublié et nous préparons une séquence attirante par le choix des sites et l’originalité de sujets toujours d’actualité. Comme toute JES, des tables rondes sont également au programme, mais rassurez-vous elles ne seront pas en boucle autour de la table mais viseront, au-delà de l’apport des contributions des panélistes, à vous proposer d’intervenir et de discuter. L'appel à communications est ouvert jusqu'au 12 mai 2021 en envoyant le document suivant rempli à l'adresse jes2021@afes.fr

Les inscriptions seront ouvertes à partir du 15 mai sur cette page !

Programme prévisionnel

Lundi 21 juin : Ouverture des JES 2021 en fanfare
Lundi 21 juin : Session 1 - Pédologie numérique
Organisation & animation : Blandine Lemercier (Institut Agro - école interne Agrocampus Ouest) et Philippe Lagacherie (INRAE)

La pédologie numérique regroupe l’ensemble des activités scientifiques visant à utiliser des méthodes mathématiques, statistiques et informatiques pour progresser dans notre connaissance des sols, de leur distribution spatiale, de leur évolution temporelle et de leur fonctionnement. Favorisée par l’essor exceptionnel des capacités de calcul, des méthodes numériques et des capteurs observés ces dernières décennies, la pédologie numérique est devenue l’une des branches les plus actives de notre discipline, comme le montre la création récente de la commission « pedometrics » de l’Union Internationale des Sciences du sol et l’activité soutenue de ses nombreux groupes de travail.
La session « pédologie numérique » a pour but de partager toute avancée méthodologique utilisant les outils numériques pour décrire le sol et mesurer ses propriétés sur le terrain et en laboratoire, pour cartographier les sols, leurs propriétés et leurs fonctions à différentes échelles, pour observer, modéliser et comprendre les dynamiques à l’œuvre au sein de la couverture pédologique. Sont attendus des travaux impliquant des méthodes innovantes de laboratoire, des protocoles d’observations et de mesures impliquant des capteurs de terrain, des données de télédétection, des approches de cartographie par modélisation statistique et algorithmes d’apprentissage automatique ainsi que des outils de modélisation et d’aide à la décision.
Mardi 22 juin : Session 2 - Matières organique des sols : enjeux scientifiques actuels et dernières avancées
Organisation & animation : Tiphaine Chevallier (IRD) et Isabelle Basile-Doelsch (INRAE)

Organiser une session sur les matières organiques n’est pas simple. Carburant de l’activité biologique des sols, source de nutriments pour les plantes, stock de carbone, les thèmes et les enjeux visés peuvent être multiples. L’année dernière deux grandes figures de la recherche sur les matières organiques, François Toutain et Jérôme Balesdent, nous ont quittés. Ils nous ont tous marqués par leurs enseignements, leur façon de voir, de travailler, de s’interroger et par leurs résultats de cherche. Pour faire écho à leurs nombreux et divers travaux, nous souhaitons mettre en avant dans cette session les enjeux scientifiques actuels et les dernières avancées de la dynamique des matières organiques dans tous les types de sols et sous tous les climats.
Cela reste vaste ! Plus spécifiquement nous privilégierons les communications autour des thèmes suivants :
• La compréhension des mécanismes de stockage/déstockage du carbone du sol, en lien avec la biodiversité, la rhizodéposition, les interactions organo-minérales, le « priming effect », les pratiques agricoles…
• Les rôles de la faune du sol, des microorganismes, de la diversité des litières dans la dynamique des matières organiques.
• Les nouveaux outils de mesure, d’observation, d’extrapolation et de prédiction (isotopie, microscopie, analyses énergétiques, chimiques, métabolomique, modélisation, …).
Qu’en attendre pour la compréhension de la dynamique des matières organiques ? Quelles avancées et difficultés. Les études présentées peuvent être théoriques sur les mécanismes ou plus opérationnelles dans le cadre de l’évaluation d’une pratique agricole ou forestière sur ses potentialités de stockage de carbone dans les sols. La journée doit dresser un panorama de la diversité des études sur la matière organique de la communauté scientifique francophone, avec des études sous toutes les latitudes, tempérées comme tropicales, et sous tous types d’usage des sols.
Mercredi 23 juin: Session 3 - Séquence de présentation de quelques sols méditerranéens et leur observation à long terme
Organisation & animation : Guillaume Coulouma (INRAE)

A défaut de pouvoir vous proposer de tomber dans quelques fosses et de partager les agapes régionales lors d’une sortie, nous vous proposons une séquence de visite virtuelle de sols. Elle s’animera autour de descriptions filmées sur le terrain pour découvrir et commenter 4 situations typiques contrastées. Notre animation visera à vous faire interagir en direct lors de cette séquence.
Dans un second temps vous découvrirez deux outils expérimentaux d'observation à long terme imaginés et suivis par les chercheurs des unités Montpelliéraines et leurs partenaires. Vous aurez l’occasion d’échanger avec leurs animateurs.
Le choix des sites et l’originalité des sujets toujours d’actualité, la pédogenèse, la contrainte climatique et les questions de l’eau, les usages des terres, devront intéresser le plus grand nombre d’entre vous.
Jeudi 24 juin : Session 4 - Connaissances des sols d’ici et d’ailleurs
Organisation & animation : Joël Moulin, Thierry Becquer (IRD)

Traditionnellement au cours de ces Journées nous avons un nombre important de propositions qui peuvent sortir des séquences thématiques des sessions. Au vu de cette année particulière nous essayons de proposer un cadre qui permette au cours d’une séquence dédiée que les présentations puissent être faites sous d'autres formats.
Notre titre est vaste. Les études présentées peuvent être diverses : méthodologiques, nouveaux résultats, sols peu étudiés, originalités… La séquence intéresse des études sous toutes les latitudes, tempérées comme tropicales, et sous tous types d’usage des sols. Celles sur les sols des régions chaudes seront particulièrement bienvenues.
Jeudi 24 juin : Session 5 - Enseignement et formation en sciences du sol : évolution des contenus et des pratiques
Organisation & animation : Philippe Prévost et Linda Ihadjadene (Agreenium)

Cette séquence est organisée sous forme de table ronde.
Les connaissances et les compétences portant sur la thématique du sol sont en plein renouvellement. Elles concernent, d’une part, le fonctionnement du sol, ses usages, son rôle agronomique mais également écologique du fait de nombreux services écosystémiques, et d’autre part les enjeux que représente le sol en tant que ressource naturelle à préserver et à valoriser pour faire face aux défis mondiaux (nourrir un monde toujours plus nombreux, atténuation du changement climatique,…).
Cette table-ronde questionnera la place et le rôle des sciences du sol dans les formations, qu’elles soient initiales auprès des futurs techniciens et ingénieurs, ou continues auprès des agriculteurs et des conseillers agricoles. Elle abordera l’évolution des contenus de formation, mais aussi les pratiques d’enseignement, en particulier du fait du développement des ressources pédagogiques numériques.
Vendredi 25 juin : Session 6 - Notion de qualité des sols et indicateurs
Organisation & animation : Jérôme Cortet (Univ. Paul Valéry), Alain Brauman (IRD) et Yvan Capowiez (INRAE)

La notion de qualité des sols suit étroitement l’essor des préoccupations environnementales. D’abord très liée à la notion de fertilité agronomique, elle a ensuite évolué pour mieux prendre en compte les multiples fonctions et services portées par les sols. Enfin l’importance des enjeux autour de la notion de biodiversité et son importance dans les fonctions et services portées par les sols a entrainé l’émergence du concept de santé des sols. Celui-ci est défini comme « la capacité d'un sol à fonctionner durablement, comme un écosystème vivant, pour assurer le développement des plantes des animaux et des humains » (Lehmann et al. 2020) » Cependant si ce concept fait encore l’objet d’un intense débat dans la communauté scientifique, on constate que les terme qualités et santé des sols sont souvent maintenant associé voir confondue dans la littérature scientifique
Cette session sera dédiée aux aspects théoriques entourant les notions de santé/qualité des sols, ainsi qu’aux indicateurs et aux études utilisant ces indicateurs dans divers contextes agronomiques. Cette session est ouverte à tous scientifiques mais aussi bureau d’étude ou institut technique ayant développé des études sur ces notions de qualité/santé des sols.
Vendredi 25 juin : Session 7 - Réflexions sur les sciences participatives appliquées au sol,
Organisation & animation : Daniel Cluzeau (Univ. Rennes 1)

Parfois appelées sciences citoyennes ou sciences collaboratives, les sciences participatives regroupent principalement « des programmes de collecte d'informations impliquant une participation du public dans le cadre d'une démarche scientifique ».
Apparues dans les pays anglo-saxons au début du XXe siècle, les sciences participatives sont arrivées en France en 1989 avec le premier observatoire coordonné par le MNHN, le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC). Depuis, plus de 200 projets ont vu le jour sur des centaines d’espèces, aussi bien à l’échelle nationale que locale (https://www.mnhn.fr/fr/participez/contribuez-sciences-participatives/observatoires-vigie-nature).
L’objectif commun à de tels projets de sciences participatives est d’unir les forces et les moyens des gestionnaires des ressources naturelles comme la biodiversité, l’eau, le sol …, des citoyens et des chercheurs, pour participer collectivement à l’afflux de données sur des indicateurs validés scientifiquement au préalable.
Pour les sols, quelques démarches de sciences participatives ont été engagées en France depuis 2010, au départ sur les lombriciens puis progressivement, en intégrant les principaux taxons de cette biodiversité des sols, agricoles au démarrage puis urbains depuis 2014. Depuis 2018, une démarche similaire est mise en œuvre autour de la caractérisation des sols et de leurs fonctions, de manière à densifier l’information existante dans certains secteurs.
L’objectif de cette table ronde est de présenter et d’échanger autour d'expériences acquises durant les 10 dernières années en termes de déploiement des sciences participatives appliquées aux sols.
Après une introduction sur l’histoire des sciences participatives et les diverses définitions disponibles, des courtes prises de paroles de gestionnaires et contributeurs de projets alterneront avec des échanges avec le public. Le programme de cette table ronde est en cours d’élaboration : si vous voulez témoigner de résultats acquis via une expérience en sciences participatives sur les sols, n’hésitez pas à contacter l’organisateur de cette table ronde (SMS au 06 0714 8555) mais surtout contribuez via le courriel de la JES en proposant un résumé.


En 2018, la thématique proposée pour les quatorzièmes Journées d’Étude des Sols a été: « Le sol au cœur des enjeux sociétaux ».

Dates et lieu : du lundi 09 au jeudi 12 juillet 2018 à l'Université de Rouen Normandie – Laboratoire Ecodiv

Programme

Consulter le programme des JES2018

Vous trouverez le programme et plus de détails sur la page internet de l'évènement.

Les discours d'ouverture de cette édition des JES sont accessibles ici.

La personne contact pour l'évènement est :

Nathalie Moreira - Chargé de projets, Conservatoire d'espaces naturels Haute-Normandie

(Tel. : 02 35 65 47 10 / Mail : jes2018@cren-haute-normandie.com)

Avec le soutien de l'Agence Française pour la Biodiversité.





Historique des JES

2018/14ème
Lieu : Normandie
Organisateur : Conservatoire d'Espaces Naturels Normandie Seine - Université de Rouen
2016/13èmes
Lieu : Louvain-la-Neuve
Organisateur : Universités et CRA de Wallonie - Université catholique de Louvain, Université de Liège, et le Centre de Recherches Agronomiques de Wallonie.
2014/12èmes
Lieu : Le Bourget du Lac
Organisateur : Université - co-organisée officiellement avec la Société Suisse de Pédologie et la Société Belge de Science du Sol
2012/11èmes
Lieu : Versailles
Organisateur : INRA
2009/10èmes
Lieu : Strasbourg
Organisateur : Université - co-organisée officiellement avec la Société Suisse de Pédologie et la Société Belge de Science du Sol
2007/9èmes
Lieu : Angers
Organisateur : INH
2004/8èmes
Lieu : Bordeaux
Organisateur : ENITA
2002/7èmes
Lieu : Orléans
Organisateur : INRA
2000/6èmes
Lieu : Nancy
Organisateur : ENSAIA-INRA
1996/5èmes
Lieu : Rennes
Organisateur : ENSA-INRA
1994/4èmes
Lieu : Lille
Organisateur : ISA
1992/3èmes
Lieu : Lausanne
Organisateur : École Polytechnique Fédérale de Lausanne co-organisées officiellement avec la Société Suisse de Pédologie.
1990/2èmes
Lieu : Orléans
Organisateur : INRA
1989/1ères
Lieu : Dijon
Organisateur : INRA
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial