• AFES - Association Française pour l'Étude du Sol
  • L’Afes est la branche française de l'Union Internationale de Science du Sol (IUSS, International Union of Soil Science)
  • Langue : fr
  • Licence :cc
  • Numéro :1
  • Volume :28
  • Format :texte
  • Taille :pages 207-218
  • Résumé :

    L’agroforesterie à  base d’espèces d’arbustes natives pourrait àªtre une option à  considérer pour l’amélioration des rendements des cultures dans les zones de savanes d’Afrique. Cependant, l’impact de ces arbustes, dominés par un nombre limité d’espèces en savane guinéenne, sur la matière organique du sol a été peu étudié. Cette étude avait pour objectif de comparer l’influence de trois espèces d’arbustes natives et dominantes de la savane guinéenne au centre de la Cà´te d’Ivoire que sont Crossopteryx febrifuga (Rubiaceae), Piliostigma thonningii (Fabaceae) et Terminalia schimperiana (Combretaceae) sur le stockage du carbone et d’azote dans le sol en zone de savane humide au centre de la Cà´te d’Ivoire. Les apports annuels de litières, de carbone et d’azote à  travers ces litières ont été quantifiés. Les stocks de carbone organique (SCOS) et d’azote total (SNTS) ainsi que le pH du sol (profondeur 0-20 cm) ont été évalués sous canopée (SC) et hors canopée (HC), le différentiel entre ces deux points traduisant l’impact de l’arbuste. Les variations interspécifiques des paramètres ci-dessus cités ont également été examinées ainsi que leurs liens avec les caractéristiques des litières. Les résultats montrent que les quantités annuelles de litières ne varient pas significativement entre les espèces (185 à  200 g m-2). La teneur en N et le rapport N/P des litières étaient significativement plus élevés chez C. febrifuga que chez les deux autres espèces alors que les teneurs en C et P et le rapport C/N n’ont pas varié significativement entre les espèces. Le pH du sol a augmenté significativement d’environ 0, 5 unité sous toutes les espèces, en réponse à  l’accumulation de cations apportés par les litières de feuilles. Les gains de SCOS sous les arbustes (l’aire hors canopée prise comme référence) s’élevaient à  3, 51 Mg ha-1 pour C. febrifuga, contre 1, 0 Mg ha-1 pour P. thonningii et 0, 72 Mg ha-1 pour T. schimperiana sans àªtre significatifs, probablement à  cause du passage annuel des feux et du transfert accru des litières par les termites dans cette savane. L’espèce de légumineuse P. thonningii est la seule sous laquelle une augmentation significative d’environ 0, 11 Mg ha-1 du SNTS a été observée, probablement due à  la contribution des résidus de nodules racinaires. Quoique le SCOS sous C. febrifuga fà»t de 10 à  11 % plus élevé que sous les deux autres espèces d’arbustes, la différence entre espèces n’est pas apparue significative. Les gains enregistrés par rapport à  ceux hors canopée indiquent que les espèces C. febrifuga et P. thonningii ont respectivement un meilleur potentiel d’augmentation des stocks de carbone et d’azote.

    Soutenir l'AFES !

    ADHÉRER OU FAIRE UN DON

    Parce que l’AFES est une association, et ne peut agir que grâce au soutien de ses membres. Si vous appréciez ce que nous faisons, n'hésitez pas à faire un don ou à rejoindre le réseau de nos adhérent·es.