• AFES - Association Française pour l'Étude du Sol
  • L’AFES est la branche française de l'Union Internationale de Science du Sol (IUSS, International Union of Soil Science)
  • Langue : fr
  • Licence :cc
  • Numéro :1
  • Volume :29
  • Format :texte
  • Taille :pages 351-363}
  • Résumé :

    L’érosion hydrique dans les hautes terres de l’Ouest Cameroun (HTOC) nécessite la mise en œuvre de techniques de conservation des sols adaptées au contexte environnemental et socio-économique de ce milieu essentiellement agricole. Une étude expérimentale a été menée dans le but de déterminer le rôle des légumineuses de couverture du sol et particulièrement du Desmodium intortum dans le contrôle de l’érosion hydrique dans les HTOC. Le dispositif expérimental était en blocs de Fisher avec quatre réplications établi à la Ferme d’Application et de Recherche (FAR) de l’Université de Dschang sur un site en pente avec une inclinaison de 13 %. La collecte des eaux de ruissellement transportant des sédiments à l’exutoire des parcelles de 1 m² de superficie a permis de quantifier les pertes de sol et le coefficient de ruissellement (CR) à quatre densités de plantation : 0 plante/m² (la parcelle non couverte en permanence) 13 plantes/m² (T1) , 20 plantes/m² (T2) et 25 plantes/m² (T3). Aussi une évaluation décadaire du taux de couverture végétale a été réalisée par la méthode de quadrant botanique. Le cumul des précipitations naturelles enregistrées durant la période de collecte est de 178 mm. Les résultats des observations effectuées sur cinq décades (50 jours) ont montré que l’utilisation de D. intortum a entraîné une réduction de 84 % des pertes en terre soit de 17, 0 (T0) à 2, 6 t/ha (T3) et une réduction de 46 % du ruissellement soit de 19, 8 % (T0) à 10, 7 % (T3). Les moyennes décadaires ont indiqué des différences significatives (P < 0, 05) à la densité de 25 plantes/m² chaque 1 % du taux de couverture végétale ayant permis d’éviter une perte en terre moyenne d’environ 854 kg/ha selon l’équation de régression (R2 = 0, 96). Cependant l’influence de la plante de couverture n’a été perceptible qu’au cours des deux dernières décades pour des taux de couverture allant de 27 à 71 %. Ces résultats ont révélé que l’utilisation de D. intortum comme plante de couverture dans le contexte des HTOC est à recommander à condition de définir l’itinéraire technique adapté au système de production de l’agriculteur y compris la possibilité de le combiner avec les techniques de travail du sol qui ont fait leurs preuves dans la conservation des sols.

    Soutenir l'AFES !

    ADHÉRER OU FAIRE UN DON

    Parce que l’AFES est une association, et ne peut agir que grâce au soutien de ses membres. Si vous appréciez ce que nous faisons, n'hésitez pas à faire un don ou à rejoindre le réseau de nos adhérent·es.