• AFES - Association Française pour l'Étude du Sol
  • L’AFES est la branche française de l'Union Internationale de Science du Sol (IUSS, International Union of Soil Science)
  • Langue : fr
  • Licence :cc
  • Numéro :2
  • Volume :6
  • Format :texte
  • Taille :85-104
  • Résumé :

    A ce jour de nombreuses anomalies naturelles en cadmium ont été détectées en France. Cet article en fait un premier inventaire étudie leur répartition spatiale et approfondit la recherche des origines précises de ces anomalies. Localement on peut mesurer des teneurs en cadmium très supérieures au seuil de 2 mg/kg sans avoir à invoquer une ` pollution ` anthropogène même si une étude de la qualité des récoltes produites sur ces sols anomaliques présente un intérêt certain. Deux populations ont été d’abord étudiées. l’une comporte 1 310 horizons supérieurs et profonds prélevés sous culture ou sous forêt parfaitement identifiés en ce qui concerne leur localisation leur matériau parental et leur pédogenèse. l’autre est constituée de 11414 échantillons de surface de sols cultivés provenant de 86 départements. Sur les 10 650 analyses de cadmium total 8 530 sont correctement localisées en coordonnées géographiques mais les informations relatives aux sols et aux roches sousjacentes sont pauvres ou absentes. Le traitement de ces deux jeux de données montre que les anomalies en cadmium sont le plus souvent associées à l’existence de roches calcaires du Jurassique ou du Crétacé en Poitou Charentes Berry Bourgogne Champagne et Jura certains faciès de calcaires semblant être fréquemment associés aux anomalies (calcaires bioclastiques crayeux récifaux oolithiques). Pour vérifier l’hypothèse du rôle essentiel des faciès des calcaires sousjacents des études plus détaillées ont été menées sur trois secteurs sélectionnés en Basse Bourgogne et dans le Jura. l’origine géogène des anomalies en cadmium y est confirmée ainsi que l’influence majeure des faciès eux mêmes indicateurs des conditions de sédimentation. Des analyses de la teneur en cadmium de plusieurs échantillons de roches ont été réalisées et comparées à des résultats obtenus antérieurement par des auteurs helvétiques dans le Jura suisse. La teneur en Cd dans ces roches jurassiques varie très largement entre 0, 02 et 8, 15 mg/kg. Il semble que les sédiments néritiques et littoraux liés à une activité biologique intense présentent fréquemment des anomalies en cadmium. l’origine géogène du cadmium est certaine mais ce cadmium hérité est susceptible de transferts importants au sein des couvertures pédologiques transferts qui seuls peuvent expliquer l’extrême variabilité spatiale observée aujourd’hui y compris selon l’axe vertical. Pour un horizon on doit envisager : – des pertes par lessivage vertical ou latéral surtout en sols acides proportionnelles aux flux d’eau traversant les sols ou y circulant – des apports latéraux toujours possibles s`il y a un amont – et le recyclage biogéochimique ` sur place ` (absorption racinaire en profondeur décomposition des organes végétaux aériens en surface). Des études détaillées sont menées actuellement sur des toposéquences dans le haut Jura.

    Soutenir l'AFES !

    ADHÉRER OU FAIRE UN DON

    Parce que l’AFES est une association, et ne peut agir que grâce au soutien de ses membres. Si vous appréciez ce que nous faisons, n'hésitez pas à faire un don ou à rejoindre le réseau de nos adhérent·es.